SE METTRE AU TRAIL à 40 ANS : LES CONSEILS POUR BIEN S'Y PRENDRE

Apparue en France au début des années 2000, la discipline ne cesse de faire de nouveaux adeptes : 1,4 million de Français la pratiquent aujourd'hui. Le trail consiste à courir en pleine nature, sur des chemins plus ou moins techniques, non goudronnés. C'est possible dans tous les environnements où l'on ferait une randonnée : en montagne, en forêt, sur des sentiers en bord de mer… L'idée étant de partir léger pour une relative autonomie en eau et en ravitaillement, même sur de longues distances. En ultra-trail, les plus chevronnés courent plus de 80 km et jusqu'à 300 km !

» LIRE AUSSI - «Certains disaient que c’était impossible» : Jasmin Paris, 40 ans, 2 enfants, première femme à terminer le terrible ultra-trail de la Barkley

Bol d'air

Distances, dénivelés, chemins : le trail cumule les difficultés… dans un décor de carte postale. La discipline séduira donc ceux qui aiment passer du temps dehors et ont un goût prononcé pour l'effort, ou encore ceux qui aiment la course à pied mais s'ennuient vite : «Courir en pleine nature, c'est moins monotone», partage Christelle Vandenbulcke, qui a découvert la discipline à 40 ans et pratique désormais, à 49 ans, plusieurs fois par semaine. «Ça monte, ça descend, on fait une pause : ça change tout.» Pas besoin d'habiter au vert pour se lancer : on peut partir de chez soi en courant pour rejoindre la nature, ou s'entraîner la semaine pour faire du trail le week-end !

Multiplier les bienfaits

Pour Thomas Lorblanchet, kinésithérapeute, champion du monde de trail en 2009 et fondateur de Physionline, une plateforme digitale pour la santé et la performance des sportifs d'endurance, les bienfaits du trail sont multiples. «Il couple les bienfaits du sport à ceux de passer du temps dehors.» Quel que soit l'âge, les contre-indications sont limitées. «Beaucoup de gens débutent (ou recommencent) le sport vers 40 ans, par souci pour leur santé, mais aussi car leurs enfants grandissent et qu'ils retrouvent du temps pour eux, constate Thomas Lorblanchet. Il faut être bien accompagné et prendre son temps.»

Débuter en confiance

À 40 ans, il est recommandé de faire un bilan personnalisé avec un professionnel du sport, ou de la santé, avant de débuter une activité intense comme le trail. Ensuite, on se lance ! Le plus facile est de trouver quelqu'un qui pratique déjà. Dans toute la France, des associations de trail regroupent des coureurs et des coachs : c'est un excellent endroit pour commencer. «L'ambiance du groupe m'a permis de me dépasser», confirme Christelle Vandenbulcke. Alors qu'elle n'avait jamais couru de sa vie, c'est cette émulation qui l'a portée : aujourd'hui, elle court de 30 à 80 km par semaine !

Les bons réflexes

Aux débutants, Thomas Lorblanchet conseille de courir souvent mais pas longtemps, idéalement sur des chemins : «Vingt minutes trois fois par semaine sont plus bénéfiques qu'une heure et demie le week-end.» Cela permet d'améliorer sa capacité à supporter la double contrainte, mécanique (genoux, chevilles…) et physiologique (cardiorespiratoire). «Au début, il faut compléter par d'autres sports qui travaillent l'une ou l'autre, mais séparément : la musculation pour travailler la puissance, ou le vélo pour renforcer les capacités cardiorespiratoires.» Côté équipement, les débutants n'ont besoin de rien à part d'une paire de baskets confortables. Thomas Lorblanchet est formel : «Si vous avez 100 euros à dépenser en débutant le trail, surtout à 40 ans, offrez-vous un bilan personnalisé avec un coach plutôt qu'une paire de baskets !» Et si l'on y prend goût, on peut rapidement s'inscrire à une compétition : plus de 4.000 ont été organisées en France en 2022. Autant d'occasions de faire du tourisme sportif !

2024-06-06T16:13:57Z dg43tfdfdgfd